GYMNASTIQUE

La gymnastique dans mon parcours

MES DÉBUTS

Plus jeune, j’ai pratiqué la natation puis la gymnastique. Ayant toujours adoré l’eau, la natation était une évidence. La gymnastique, est arrivée un peu plus tard.

Je me souviens de l’époque au primaire où j’adorais “faire le poirier”, faire des équilibres.
C’est “seulement” vers l’âge de 13 ou 14 ans que j’ai décidé d’intégrer un club de gymnastique, pour tester. “Seulement” parce que j’ai réalisé que la gymnastique est un sport qui se débute en général très tôt (largement avant 10 ans).

Entourée de gymnastes d’un bon niveau et intégrant une équipe de compétition, cela m’a permis de rapidement progresser. Mon agrès de prédilection : le sol. Les acrobaties c’était vraiment fait pour moi : les flips, la rondade salto voire même le saut, qu’est ce que j’adorais! Les barres asymétriques ou la poutre, beaucoup moins mais en compétition, c’est un passage obligé. Ce sont les agrès qui me demandaient le plus de travail sur moi-même pour oublier la peur de tomber et me blesser.

GYMNASTE UN JOUR, GYMNASTE TOUJOURS ?

Mes études supérieures ne m’ont pas permis de poursuivre la gymnastique. J’ai donc abandonné la discipline pour me tourner vers de nouveaux horizons (bonjour le volley ball et le rock’n roll : la danse à deux).
Finalement, je n’aurais fait de la gymnastique que pendant quatre ans mais assez pour que cela me marque.

Eh oui, en 2015 alors que je quittais l’ouest de la France pour vivre à 600 km de chez moi, j’ai eu besoin d’un retour aux sources. Il était compliqué de reprendre la gymnastique alors j’ai décidé, tout doucement, de travailler de nouveau sur mes handstands et la souplesse de mon corps.

UNE BELLE ALTERNATIVE

C’est de cette manière que je me suis petit à petit intéressée au yoga.
Il m’a permis de me recentrer et me retrouver.

Et pour en savoir plus sur ma pratique du yoga, lisez cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *